Le Journal des Palaces
Le Journal des Palaces

< Actualité précédente Actualité suivante >

COVID-19 : UNE MISSION CONFIÉE À DEUX PARLEMENTAIRES SUR LES INTERMITTENTS DE L’ÉVÉNEMENTIEL (France)

Jean Castex veut limiter la précarité au sein de ce secteur

COVID-19 : UNE MISSION CONFIÉE À DEUX PARLEMENTAIRES SUR LES INTERMITTENTS DE L’ÉVÉNEMENTIEL (France)

Jean Castex veut limiter la précarité au sein de ce secteur

Catégorie : Europe - France - Carrières - Recrutement, emploi, formation
Article rédigé par Frédéric Abadie le 22-02-2021


Dans le prolongement de la proposition de loi déposée deux élus LREM, Jean-François Mbaye (député du Val de Marne) et Xavier Iaconelli (sénateur des Hauts de Seine), destinée à reconnaître l’activité des intermittents du travail de la restauration, de l’hôtellerie et de l’événementiel (cf Journal des Palaces du 22 janvier dernier), le premier ministre, Jean Castex, les a chargé d’une « mission temporaire ayant pour objet les conditions de développement des diverses formes d'organisation de l'emploi des travailleurs en mission courte ».

Des travailleurs en mission courte, c’est bien le bon adjectif, car comme le souligne le chef du gouvernement dans sa lettre de mission, les contrats à durée déterminée d’usage (CDDU), en 2019, concernaient plusieurs centaines de milliers de salariés et « leur durée médiane était de un jour (contre 27 jours les autres secteurs) ».

« L’objectif de la mission sera plus largement de trouver des solutions pérennes visant à sécuriser les carrières dans les milieux professionnels ayant recours régulièrement aux contrats à durée déterminée d’usage (CDDU), indiquent les deux parlementaires. Ils auront également à élaborer de nouvelles formes de gestions humaines, garantissant néanmoins la flexibilité exigée par la nature même des activités ciblées. »

À cet effet, Jean-François Mbaye et Xavier Iaconelli auditionneront dans les prochaines semaines l’ensemble des parties prenantes (professionnels, usagers, administrations ad hoc) afin de dégager avec elles les meilleures pistes permettant de limiter la précarité des parcours au sein des secteurs concernés.

Actuellement, avec la pandémie de coronavirus, les intermittents de l’événementiel ont droit une indemnisation de 900 euros par mois, un montant fixé par un décret en date du 30 décembre 2020. Un montant insuffisant, surtout en région parisienne, pour des travailleurs confirmés face à leurs dépenses comme le loyer, le remboursement d’un prêt ou simplement les achats quotidiens pour la famille. Leur statut a été modifié en 2014, leur retirant la protection dédiée aux intermittents comme ceux du spectacle.



A propos de l'auteur

Frédéric Abadie
Directeur des Rédactions du Journal des Palaces et du Journal des Casinos, précédemment rédacteur en chef de Fun Radio, rédacteur en chef Politique et International, fondateur d'agences d'informations pour les fournisseurs d'accès à Internet (années 1998-2002) et auteur de biographies politiques (Georges Pompidou, Valéry Giscard d'Estaing...).


Vous aimerez aussi lire...







< Actualité précédente Actualité suivante >



Retrouvez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur LinkedIn Suivez-nous sur Instragram Suivez-nous sur Youtube Flux RSS des actualités



Questions

Bonjour et bienvenue au Journal des Palaces

Vous êtes en charge des relations presse ?
Cliquez ici

Vous êtes candidat ?
Consultez nos questions réponses ici !

Vous êtes recruteur ?
Consultez nos questions réponses ici !