Luxury Hospitality Daily News
Luxury Hospitality Daily News
EquipHotel from November 15 to 19, 2020!
  




Subscribe to our newsletter and to the Reader Account

Reader Account

Email
Password  

You forget your password?
Email



Peggy Nadal,
Gouvernante dtage, Plaza Athne

Interview ralis le 15 novembre 2004 par Sonia Taourghi

Peggy Nadal, 39 ans, passionne. Cest ainsi que lon pourrait prsenter cette gouvernante dtage du Plaza. Aujourdhui, cela fait 17 ans quelle y est en poste, dont quinze en tant que femme de chambre. Mais quest ce qui fait courir Peggy ?
Aprs un CAP comptabilit 18 ans et deux mois de comptabilit, le manque de travail la conduit lIntercontinental o sa mre est femme de chambre. Au dpart cest pour les vacances, mais comme la paye est intressante (4 fois plus quen comptabilit), elle y reste 3 ans, entre CDD et extras. Les attentats de 1986, lui donnent loccasion deffectuer des extras dans les diffrents palaces de la place parisienne. Royal Monceau, Bristol, Princes de Galles, Peggy Nadal devient une habitue des services en palaces. La comptabilit est loin. Elle est en poste au Crillon, lorsque ce dernier la dirige vers le Plaza. Se considrant comme une femme sans ambition, elle se plat dans son mtier de femme de chambre, dans lequel, Peggy Nadal peut mettre profit son got du dtail et de la perfection. Lorsquune pnurie de Gouvernante dtage touche le Plaza, ce sont ses collgues qui la poussent poser sa candidature. Mais une femme de chambre ne devient pas gouvernante ; problmes de hirarchie avec les anciennes collgues, absence de formation initiale spcifique. Sa candidature est refuse nette. Il lui faudra attendre le soutien de sa gouvernante gnrale, ainsi que la pression des autres femmes de chambres pour que sa candidature soit examine et quon lui offre le poste. Une formation dun mois et demi au GRETA, suivi dun mois et demi de formation technique au Meurice Htel, et la voici de retour au Plaza en tant que gouvernante dtage. Ctait il y a deux ans. Je me plas dans ce mtier mais je regrette de ne plus avoir ce contact privilgi avec les clients. Et aussi de ne plus ressentir cette satisfaction du travail bien fait : on rentre dans une chambre en pagaille et on en ressort en la laissant impeccable. Aujourdhui, jeffectue un travail de contrle du nettoyage et des installations techniques, et dorganisation. Quand jtais femme de chambres je faisais mes 35 heures, mais aujourdhui, cest uniquement sur le papier. On doit montrer une grande flexibilit et une capacit dadaptation .

Une pointe de regret ? Pour moi a a t dlicat pendant les six premiers mois, compte tenu dun nouveau rapport hirarchique, mais cela sest vite arrang. Il est essentiel davoir des femmes de chambre impliques. Je ne participe pas directement au recrutement, mais jai un droit de regard pendant la formation des recrues. Je veille notamment la bonne application de LHACCP (Hazard Analysis and Critical Control Point). Cest lensemble des procdures dhygine lies au nettoyage des chambres. Personnellement, je suis trs rigoureuse. En fait, je suis une adepte des procdures, des standards. La norme ISO reprsente une procdure oprationnelle de mtier que jestime ncessaire pour un service de qualit.

Une rigueur inhrente au secteur du luxe ? Dans le luxe, il y a un sens approfondi du dtail. Il faut aussi tre observateur pour une adaptation chaque client. Au Plaza, le systme de Cardex nous permet de fournir un service trs personnalis. On note les remarques du client, ses habitudes, et cela permet de lui offrir un service impeccable chacun de ses passages. Pour nous, chaque client est LE client, mme sil est vrai que la clientle a chang. Avant les clients avaient besoin de se sentir choys. Aujourdhui, ils sont plus soucieux du bon fonctionnement des installations technologiques. Notre mission nest plus tout fait la mme. On dit que la nostalgie davant est une mauvaise chose, mais il faut admettre que les besoins ont chang. Quoiquil en soit, il semble plus vident daccomplir sa mission dans un palace que dans un htel plus modeste. Cest sr que les moyens financiers sont mis au service de lexcellence. Si le client veut quon lui change les meubles, cest possible .

Mais au del de ses qualits professionnelles, cest surtout une relation presque intime quentretient Peggy Nadal avec le Plaza. Alors ne lui demandez pas si sa vie prive a souffert de son fort investissement. Je ne pense pas que ma vie prive serait diffrente aujourdhui, si je navais pas travaill autant au Plaza. La question ne se pose mme pas, car je suis attache au Plaza, latmosphre de travail. Javais un dsir dinvestissement, et jai trouv une vritable culture dentreprise.

Interview ralis le 15 novembre 2004 par Sonia Taourghi


Join us on Facebook Follow us on Twitter Follow us on LinkedIn Follow us on Instragram Follow us on Youtube Rss news feed



Questions

You are an applicant?
Please check our applicant's FAQ!

You are a recruiter?
Please check our recruiter's FAQ!