Le Journal des Palaces

< Actualité précédente Actualité suivante >

DURABILITÉ - LÉO MAISSEN, DIRECTEUR GÉNÉRAL DES OPÉRATIONS HÔTELIÈRES CHEZ TSCHUGGEN : « NOUS CONSIDÉRONS LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE COMME L'UN DES PLUS GRANDS DÉFIS DE NOTRE ÉPOQUE » (Suisse)

Allier hôtellerie de luxe et préservation de l'environnement est une priorité pour la Tschuggen Collection, bien représentée par son directeur des opérations hôtelières, Léo Maissen.

DURABILITÉ - LÉO MAISSEN, DIRECTEUR GÉNÉRAL DES OPÉRATIONS HÔTELIÈRES CHEZ TSCHUGGEN : « NOUS CONSIDÉRONS LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE COMME L'UN DES PLUS GRANDS DÉFIS DE NOTRE ÉPOQUE » (Suisse)

Allier hôtellerie de luxe et préservation de l'environnement est une priorité pour la Tschuggen Collection, bien représentée par son directeur des opérations hôtelières, Léo Maissen.

Catégorie : Europe - Suisse - Économie du secteur - Interviews et portraits - Développement durable - Interviews - Les Leaders du secteur
Interview réalisé par Romane Le Royer le 05-07-2024


Leo Maissen, Directeur général des opérations hotelières chez Tschuggen Collection

Leo Maissen, Directeur général des opérations hotelières chez Tschuggen Collection
Crédit photo © Tschuggen Collection

Avec la rénovation du Valsana Hôtel Arosa, en 2017, la Tschuggen Collection s’est imposée comme pionnière du développement durable dans l’hôtellerie de luxe. Les quatre hôtels de la collection, tous situés en Suisse, font une promesse : allier une protection efficace de l'environnement avec les plus hauts standards de gestion hôtelière.

Léo Maissen, aujourd’hui directeur général des opérations hôtelières, connait parfaitement les enjeux de responsabilité sociétale des entreprises de Tschuggen. Il a notamment dirigé le Tschuggen Grand Hôtel, avant d’assurer provisoirement le rôle de directeur général dans deux des quatre établissements du groupe : l’Eden Roc Ascona, et Valsana Hotel & Appartements Arosa, au moment de la réouverture après travaux, tout en assurant un rôle de directeur du développement.

C’est sous son égide que la Tschuggen Collection devient totalement neutre en carbone, par une réduction drastique de ses propres émissions, et la compensation des émissions résiduelles inévitables, par des investissements dans des projets de restauration et de conservation en Suisse et au Kenya.

Un peu plus d’une décennie après le premier pas vers la neutralité carbone, Léo Maissen revient avec le Journal des Palaces sur le chemin accompli par Tschuggen Collection, mais également sur les prochaines étapes de la marque.
 

Journal des Palaces : Qu'est-ce qui a déclenché la démarche de développement durable lancée il y a plus de dix ans au sein de la Tschuggen Collection ?

Léo Maissen : Tous nos hôtels sont situés dans les plus beaux paysages naturels et préservés de Suisse et nous apprécions beaucoup la nature qui nous entoure. Cette relation très étroite avec la nature a ainsi fait naître le besoin d’en prendre soin.
 

Quelle a été la première étape de ce processus ?

Tout d'abord, nous avons dû faire le point sur notre situation et réfléchir à la manière dont nous allions appréhender ce défi. C'est un point sur lequel beaucoup d’hôteliers butent. Il est important d'adopter une approche pragmatique. Il n'y a pas de mal à commencer par de petits pas — les premiers petits succès motiveront automatiquement à faire de plus grands pas.
 

Quelles ont été les étapes clés de ce processus de durabilité ?

Nous avons profité de la reconstruction de l'hôtel Valsana pour montrer que les normes les plus élevées en matière de gestion hôtelière et de développement durable peuvent aller de pair. Aujourd'hui, le Valsana dispose d'une infrastructure totalement neutre en CO2, chauffée et exploitée entièrement sans combustibles fossiles (ou autres) grâce à une batterie de glace basée sur l'énergie géothermique et la récupération de chaleur à 1 800 mètres au-dessus du niveau de la mer.

D'une manière générale, nous considérons le dérèglement climatique comme l'un des plus grands défis de notre époque et notre principal objectif a donc été, dès le départ, de réduire autant que possible nos propres émissions de gaz à effet de serre. D'ici la fin de l'année 2024, la collection Tschuggen aura déjà économisé 80 % de sa consommation totale de combustibles fossiles, l'objectif étant de pouvoir s'en passer presque complètement d'ici un à deux ans.

Depuis 2019, nous finançons également des projets de protection du climat qui vont au-delà des émissions résiduelles calculées. Ce faisant, nous assumons par ailleurs la responsabilité des parties de notre empreinte écologique qui ne peuvent pas encore être réduites. Les projets de reboisement et la promotion de la biodiversité nous tiennent de plus à cœur.

Et, bien sûr, tous nos hôtels disposent d'une certification de durabilité reconnue, qui nous aide à remettre constamment en question nos processus dans nos activités quotidiennes et à les optimiser pour une action durable.
 

Avez-vous commencé par déployer votre approche dans un seul hôtel ou le changement s'est-il fait simultanément dans l'ensemble de la Tschuggen Collection ?

L'approche a toujours été très spécifique à la situation. Il y a des choses qui peuvent être mises en œuvre sur tous les sites simultanément et qui créent une valeur immédiate. D'autres questions, comme l'optimisation de l'infrastructure des bâtiments, sont très spécifiques et nécessitent des approches complètement différentes en fonction du bâtiment ou de l'emplacement.
 

Quelles ressources ont été déployées pour faciliter ce processus, tant dans sa genèse que dans sa continuité ?

La force motrice du processus était en fait nos propriétaires, qui ont initié les différentes étapes grâce à leurs connaissances incroyablement approfondies. La mise en œuvre a ensuite été principalement confiée à la direction générale, soutenue par un large éventail d'experts dans les différents domaines spécialisés.
 

Comment vous êtes-vous entouré pour réussir ce processus ?

Sur la base de notre stratégie interne, nous avons d'abord cherché des partenaires capables de nous soutenir directement dans la mise en œuvre des différents sous-domaines grâce à leurs connaissances spécialisées, leur expérience et, surtout, leur force de mise en œuvre.
 

Comment vous êtes-vous organisé en interne, avec combien de personnes dédiées au projet, à 100 % ou en partie ?

Nous avons réparti la mise en œuvre essentiellement au sein de l'équipe de direction. Toutefois, à long terme, nous pensons qu'un poste supplémentaire à 100 % en interne est tout à fait judicieux.
 

Quels ont été les principaux obstacles et difficultés dans le déploiement de la RSE au sein du groupe ? Comment les avez-vous surmontés ?

Le plus grand défi a été et reste la communication. De nombreux changements dans les services proposés ne deviennent une valeur ajoutée pour le client que grâce à une bonne communication. Comme le niveau de connaissance du développement durable et la volonté des clients de s'engager dans cette voie continuent de varier considérablement, il convient d'accorder la plus grande attention à une communication personnalisée.

Un autre défi majeur pour nous était le fait que les solutions alternatives possibles aux combustibles fossiles peuvent varier complètement en fonction de l'endroit. Par exemple, l'utilisation de pompes à eau de lac est une bonne solution tant que vous avez un lac devant votre maison, comme à l'hôtel Eden Roc à Ascona, oùla chaleur résiduelle d'un supermarché est idéale tant qu'elle est disponible, et comme à l’hôtel Valsana à Arosa, où trouver une solution adéquate à plus de 1 800 mètres d'altitude et dans un espace limité s'est avéré être un véritable défi.
 

Qu'est-ce qui vous a le plus surpris dans ce processus ?

Le fait que le facteur temps ne doit pas être sous-estimé ou, en d'autres termes, que le développement de nouvelles solutions demande plus d'efforts que si vous avez la chance de pouvoir mettre en œuvre des solutions qui ont déjà été testées et approuvées.
 

Comment avez-vous impliqué vos équipes dans ce processus, si pionnier soit-il ? Est-ce plus facile aujourd'hui ?

Comme nous sommes convaincus que les vrais changements résultent souvent de réponses à des questions quotidiennes, nous avons mis en place nos Green Teams, dans lesquelles nous encourageons nos salariés à participer à notre progrès écologique et à créer une véritable valeur ajoutée pour eux-mêmes également.
 

Avec le recul, y a-t-il quelque chose que vous feriez différemment ?

En termes de communication, nous nous concentrerions certainement davantage sur les grandes étapes et la valeur ajoutée correspondante pour le client. C'est ce qui est le plus intéressant en fin de compte.
 

Quels avantages voyez-vous à cette politique aujourd'hui, dix ans après son introduction ?

Désormais, nous pouvons dire à nos clients que nous avons fait notre travail et qu'ils peuvent profiter du temps qu'ils passent avec nous, en sachant que nous nous soucions d'eux.
 

Quelles sont les prochaines étapes de ce développement de la RSE ?

Notre tâche la plus importante est de faire progresser de nombreuses autres optimisations, petites et grandes, dans notre chaîne d'approvisionnement et de trouver davantage de partenaires et de fournisseurs qui partagent notre vision et notre responsabilité mutuelle. Nous continuons également à nous impliquer dans les domaines de la promotion de la jeunesse et du sport, en particulier en ce qui concerne nos jeunes talents en ski dans les Grisons, ainsi que dans la promotion de l'art avec l'aide de notre propre espace culturel de rencontre – Casa Epper au Tessin.
 

Quels conseils donneriez-vous à d'autres hôteliers qui, comme Tschuggen Collection, souhaiteraient lancer un processus de durabilité environnementale ?

Le plus gros problème est que la plupart des gens ignorent par où commencer. Ils voient de gros investissements et sont intimidés par ceux-ci, voient des défis pour lesquels il n'existe pas encore de solutions et s'en servent comme excuse pour ne pas s'engager plus avant dans le sujet ou n’en savent tout simplement pas assez sur le sujet et se sentent dépassés. Je dirais donc : faites le premier pas, c'est toujours le plus difficile.

Développez vos connaissances, vous pouvez déjà faire une grande différence rien qu'en connaissant les innombrables possibilités qui s'offrent à vous. Les investissements importants peuvent suivre d'autres étapes et se justifient souvent d'un point de vue économique. Et n'oubliez jamais que personne n'attend de vous que vous sauviez le monde à vous seul. Cependant, chacun d'entre nous peut assumer la responsabilité de ses propres actions et, ensemble, nous pouvons laisser à nos enfants un monde dans lequel il vaut la peine de vivre.

A propos de l'auteur

Jeune journaliste, Romane s'épanouit dans le secteur de l'hôtellerie de luxe et ultra-luxe et ses lieux exclusifs, mais aussi ses acteurs dont elle apprécie l'excellence, le sens du service et le sourire quotidien.

Lire les articles de cet auteur


Vous aimerez aussi lire...







< Actualité précédente Actualité suivante >




Retrouvez-nous sur Facebook Suivez-nous sur LinkedIn Suivez-nous sur Instragram Suivez-nous sur Youtube Flux RSS des actualités



Questions

Bonjour et bienvenue au Journal des Palaces

Vous êtes en charge des relations presse ?
Cliquez ici

Vous êtes candidat ?
Consultez nos questions réponses ici !

Vous êtes recruteur ?
Consultez nos questions réponses ici !