Le Journal des Palaces
Le Journal des Palaces
Découvrez la rubrique covid




Inscription à la newsletter et à l'Espace Lecteur

Espace Lecteur

Email
Mot de passe  

Vous avez oublié votre mot de passe ?
Email

   < Actualité précédente Actualité suivante >

ETÉ 2020 : LA FRANCE DU TOURISME FACE AU DÉSERT PARISIEN

Si le bilan du 1er semestre a été lourd pour tous les professionnels du tourisme, pour les vacances d’été 2020 c’est une France à plusieurs vitesses qui se dessine : tandis que l’activité reprend peu à peu en régions, notamment sur le littoral, Paris est tout simplement désertée.

ETÉ 2020 : LA FRANCE DU TOURISME FACE AU DÉSERT PARISIEN

Si le bilan du 1er semestre a été lourd pour tous les professionnels du tourisme, pour les vacances d’été 2020 c’est une France à plusieurs vitesses qui se dessine : tandis que l’activité reprend peu à peu en régions, notamment sur le littoral, Paris est tout simplement désertée.

Catégorie : Europe - France - Tendances, avis d'expert
Ceci est un communiqué de presse, mis en ligne gratuitement le 23-07-2020


Si la situation n’évolue pas, c’est toute une industrie qui y risque l’ensablement.

18,3% : c’est le taux d’occupation constaté dans les hôtels de Paris au mois de juin 2020 au sein des 39% du parc qui avait rouvert. Ce chiffre est d’autant plus marquant qu’il s’agit de l’un des plus forts mois de l’année, les premières arrivées de vacanciers se cumulant à des clientèles d’affaires toujours actives pendant cette période. Ainsi en juin 2019 le taux d’occupation s’y était élevé à 89%.

Sur l’ensemble du premier semestre, les hôtels parisiens ont vu leur chiffre d’affaires reculer de près de -68%. A l’échelle de la France entière, le bilan n’est que légèrement moins dégradé, à -62%, même si la situation varie selon les gammes : de -50% de CA en hôtellerie super-économique, plus souvent restée en exploitation, à -70% en haut de gamme & luxe, durement touchée par l’absence des clientèles internationales.

Mais les professionnels du secteur avaient largement tiré un trait sur le mois de juin, se projetant aujourd’hui plutôt vers l’été ou vers la rentrée. Et en effet, de nouvelles dynamiques se font jour : (Tableau 1)

Ainsi, en régions, le taux d’occupation sur les 13 premiers jours de juillet est remonté à 55%, dans un parc hôtelier qui y est ouvert à 84%. Cette bonne dynamique est naturellement portée par les hôtels du littoral et des destinations de vacances qui bénéfi cient d’arrivées de clientèles domestiques, tandis que les grandes métropoles, traditionnellement plus exposées aux clientèles internationales ou d’affaires, sont encore en-deçà des 40% de taux d’occupation avec un parc aux 4/5e ouvert.

Mais c’est à Paris que la situation est la plus frappante, avec un taux d’occupation de 30% sur les deux premières semaines de juillet alors même que seule 42% de son offre hôtelière habituelle était disponible à la vente. Et le niveau des réservations témoigne d’un retard de la capitale qui semble se prolonger sur les semaines et mois à venir : (Tableau 2)

Lueur d’espoir pour les hôteliers, les prises de réservation semblent tout de même enfin légèrement accélérer, puisqu’entre le 6 et le 13 juillet le taux de réservation des hôtels pour juillet-août a crû d’1,5 points à Paris et dans le reste de l’Ile-de-France, et de 3 points dans les autres grandes métropoles françaises. Les réservations de dernière minute devraient donc atténuer la chute, mais le retard constaté n’en demeure pas moins massif. Plus préoccupant, les perspectives restent encore atones pour la rentrée de septembre-octobre, notamment à Paris où les annulations sont toujours plus nombreuses que les prises de réservation.

Vanguélis Panayotis, CEO de MKG Consulting, commente ainsi « À Paris, 18% de taux d’occupation en juin et des hôtels aux 2/3 vides cet été alors que moins de la moitié a rouvert, c’est du jamais vu. Comme après les attentats de 2015, la locomotive parisienne est en panne et c’est le train de nos régions qui la remorque. Côté client, pour les français cet été sera vraiment l’opportunité d’une vie de profi ter pleinement de Paris et de ses hôtels, restaurants, boutiques, parcs d’attraction et musées vidés de leurs touristes étrangers. »

[Site internet de la société émettrice de ce communiqué de presse]



Vous aimerez aussi lire...

* UN MARCHÉ DOMESTIQUE SOLIDE ET UNE SITUATION TRÈS CONTRASTÉE SUIVANT LE NIVEAU D'EXPOSITION AUX CLIENTÈLES EXTRA-EUROPÉENNES

* HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS : LA CRISE DU COVID-19 POURRAIT DÉTRUIRE 200 000 EMPLOIS

* DIVERSEY : VOTRE RESTAURANT EST-IL PRÊT ?



Inscrivez-vous à notre newsletter
pour ne rien rater de l'actualité !

< Actualité précédente Actualité suivante >

Retrouvez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur LinkedIn Suivez-nous sur Instragram Suivez-nous sur Youtube Flux RSS des actualités



Questions

Vous êtes candidat ?
Consultez notre FAQ spécial candidat !

Vous êtes recruteur ?
Consultez notre FAQ spécial recruteur !