Le Journal des Palaces

< Actualité précédente Actualité suivante >

INTERVIEW - SIMON BUORO, PRÉSIDENT ET CO-FONDATEUR, ILYA : « LES ÉTABLISSEMENTS DE LUXE DOIVENT INCARNER CETTE SOBRIÉTÉ » (France)

Récompensé avec son associé Antoine Escande, lors du dernier salon EquipHotel, Simon Buoro entend bien mener une révolution grâce à sa douche cyclique, avec la préservation de l’environnement et des ressources naturelles pour unique boussole.

INTERVIEW - SIMON BUORO, PRÉSIDENT ET CO-FONDATEUR, ILYA : « LES ÉTABLISSEMENTS DE LUXE DOIVENT INCARNER CETTE SOBRIÉTÉ » (France)

Récompensé avec son associé Antoine Escande, lors du dernier salon EquipHotel, Simon Buoro entend bien mener une révolution grâce à sa douche cyclique, avec la préservation de l’environnement et des ressources naturelles pour unique boussole.

Catégorie : Europe - France - Interviews et portraits - Produits et Fournisseurs - Fournisseurs - Interviews
Interview réalisé par Christopher Buet le 10-02-2023


C’est un geste du quotidien auquel nous ne prêtons plus attention. Pour démarrer la journée ou la finir, voire les deux, une bonne douche s’impose. Un geste anodin, mais pas vraiment écoresponsable, puisqu'une douche peut consommer jusqu’à 20 litres d’eau par minute. Multiplié à l’échelle d’un pays et même de la planète, les chiffres donnent le vertige et dessinent un enjeu majeur pour une société plus vertueuse et sensible à la cause écologique.

Si des solutions commencent à émerger avec des pommeaux de douche plus économes par exemple, aucune n’apparaît vraiment à la hauteur du problème. C’est en tout cas le constat fait par Simon Buoro et Antoine Escande. Engagés depuis des années de manière associative sur les sujets liés à l’environnement et l’éducation populaire, les deux Toulousains souhaitent donner une application concrète à leurs convictions dans leur travail. Tous deux ingénieurs, diplômés de l’INSA Toulouse, ils se lancent dans la confection d’une douche révolutionnaire. Leur idée est simple, mais complexe à mettre en œuvre : créer un circuit semi-fermé permettant de recycler l’eau utilisée et de la réinjecter dans le circuit à l’aide d’une pompe, après avoir été nettoyée.

C'est ainsi qu'Ilya voit le jour en 2019. Leur projet séduit immédiatement et, dès l’année suivante, associés à Pierre Fabre, ils développent leur douche cyclique. À mesure que leur vision se concrétise, ils fédèrent et se voient décerner le label Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale (ESUS), distinction accordée aux entreprises poursuivant un objectif d’utilité sociale, octroyant ainsi aides et financements.

Pour aller plus loin encore, ils conçoivent un capteur (ILO) qui mesure en temps réel la consommation d’eau et l’intègrent à leur dispositif. « À travers Ilya, nous voulons contribuer à bâtir un monde plus sobre et plus durable, et c’est d’ailleurs de cette volonté que vient le nom de notre entreprise. Nous l’avons appelée Ilya car "Ilya un monde nouveau à bâtir" », sourit Simon Buoro. Pour le Journal des Palaces, l’Occitan, président d'ILYA, revient sur la genèse de cette aventure et sur les ambitions de son entreprise, qui espère livrer ses premières douches cycliques dès cette année, et ainsi contribuer à amorcer la révolution écoresponsable à laquelle il aspire.

Journal des Palaces : Quelle vision avez-vous du luxe ?
Pour nous, le luxe porte une attention particulière au détail, à la qualité et au confort. Le monde du luxe cherche à proposer à ses clients une expérience exceptionnelle, et c’est exactement cela qu’il peut incarner en proposant une offre de tourisme durable. Nous pensons qu’un nouveau luxe peut vraiment s’inventer autour des questions environnementales, avec une offre respectueuse de l’environnement et des ressources naturelles, une consommation locale attachée à la qualité du « fabriqué en France », tout en offrant au client un confort et un accueil digne de son prestige.

En novembre dernier, au salon EquipHotel, vous avez été récompensés d’un Innovation Award, avec le coup de cœur du jury, pour votre douche cyclique destinée à réduire la consommation d’eau. Comment avez-vous accueilli cette distinction ?
Simon Buoro : Nous sommes fiers d’avoir obtenu cette récompense de la part d’un jury d’experts du secteur de l’hôtellerie. Pour reprendre les mots du président du jury (Olivier Bon, cofondateur et président de l’Experimental Group, ndlr), ils ont voulu « récompenser une innovation dans l'air du temps qui permet d’allier écologie et bien-être. » Cette récompense montre aussi l’importance que porte aujourd’hui le monde de l’hôtellerie aux enjeux écologiques et à la préservation des ressources naturelles.

Quel est le point de départ de votre innovation ? D’où vous est venue l’idée ?
Nous avons créé cette société un an après notre sortie d’études d’ingénieurs en mécanique à l’INSA Toulouse. Nous voulions à travers cette aventure entrepreneuriale développer une nouvelle manière de prendre des douches, plus respectueuse de l’environnement, tout en conservant le confort.

Combien de temps avez-vous mis pour développer votre projet et mettre au point un prototype ?
Nous avons derrière nous trois ans de R & D sur la douche cyclique. Les premiers démonstrateurs vont être installés et testés début 2023. Nous sommes aujourd’hui 4 personnes chez Ilya, et l’équipe va doubler d’ici fin 2023 pour accélérer la mise au point et la diffusion de nos produits et ainsi, élargir l’impact positif de l’entreprise.

Cette douche cyclique adhère-t-elle à la politique RSE de l'entreprise ?
Oui, puisque l’entreprise Ilya a été créée avec l’objectif de développer des produits vertueux pour l’environnement. Ainsi, au-delà d’une politique RSE, la recherche d'impact positif sur la société et l’environnement est la mission et la raison d’être d’Ilya. Nous avons depuis 2021 un agrément ESUS (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale) : nous avons inscrit dans l’objet social de notre entreprise notre volonté d’agir en faveur de l’environnement et de la société plus globalement.

En quoi consiste exactement votre innovation, qui promet de réduire de 80 à 90 % la consommation d’eau lors d’une douche (5-6 litres contre 60 en moyenne, ndlr) ?
Notre douche cyclique permet à l’utilisateur de passer du temps sous la douche tout en ayant une pratique écologique. En mode recyclage, environ cinq litres d’eau sont récupérés grâce à une pompe, filtrés, stérilisés puis réchauffés avant d’être renvoyés à l’utilisateur. Dans ce mode recyclage, peu importe le temps passé sous la douche, la consommation en eau reste inchangée.

L'utilisateur peut aussi basculer à tout moment dans un mode classique pour utiliser l’eau du réseau.
Une douche moyenne en France représente 60 à 80 litres d’eau. À l’hôtel, ce chiffre peut être doublé. Ainsi, avec une douche cyclique qui consomme seulement 5 litres, on atteint donc une économie en eau de l’ordre de plus de 90 %.

La douche cyclique permet également une économie en énergie, puisque toute l’eau réutilisée est simplement maintenue en température. La demande en énergie pour chaque litre utilisé est près de 70 % moindre.

Quels défis avez-vous relevés pour parvenir à réaliser cette boucle en circuit fermé afin de « recycler » l’eau et la distinguer de l’eau chargée en produits cosmétiques, de type shampooing ?
Le développement d’un tel système est complexe, car il impose de se conformer à de nombreuses normes et réglementations. Une bonne partie de notre temps de R & D a été consacrée à la prise en compte de ces éléments. Nos recherches ont d’ailleurs mené au dépôt d’une demande de brevet sur notre système de recyclage de l’eau de la douche.

À qui se destine cette douche cyclique ?
Cette douche cyclique est destinée à toutes les personnes qui veulent consommer moins d’eau et d’énergie dans leur douche. Dans le cas de l’hôtellerie, la douche cyclique est, non seulement, une manière pour l'hôtel d'avoir une consommation plus sobre, mais également de sensibiliser ses clients aux enjeux environnementaux et aux économies d’eau et d’énergie. Et, ainsi, témoigner de son engagement vers un tourisme plus durable.

Dans un monde qui se veut de plus en plus responsable, est-ce que la sobriété qu’incarne votre produit peut constituer un nouveau luxe et séduire les établissements les plus huppés ?
De notre point de vue, les établissements de luxe doivent incarner cette sobriété comme un nouveau luxe. On ne peut plus voir le luxe comme un accès à l’abondance sans se soucier des impacts environnementaux.

Notre différence par rapport aux systèmes déjà existants qui permettent d’économiser l’eau et/ou l’énergie dans la douche, c’est que nous ne contraignons pas l’utilisateur avec un débit réduit, une température réduite ou un temps réduit.

Avec notre douche cyclique, l’utilisateur peut rester un temps virtuellement infini dans la douche sans consommer abondamment. C'est une manière d’allier confort et écologie. En ce sens, notre douche cyclique peut trouver sa place dans des établissements hôteliers haut de gamme qui souhaitent proposer à leurs clients un usage innovant, écologique et confortable de la douche.

Avez-vous senti un intérêt de la part des professionnels de l’hôtellerie, notamment de luxe, pour votre projet ?
Dans l’ensemble, nous nous rendons compte que les professionnels de l’hôtellerie s’intéressent de plus en plus aux sujets écologiques et à la réduction de leur consommation. Nous avons, par exemple, réalisé une expérimentation sur notre second produit (le capteur ILO, un outil de sensibilisation à la consommation en eau dans la douche) à l’Eau Thermale Avène l’hôtel dans l’Hérault.

L’enjeu pour les dirigeants de l’hôtel était de sensibiliser leurs clients à leur consommation en eau et en énergie dans la douche, et d’inciter les clients à avoir une consommation responsable grâce à un challenge environnemental.

Avez-vous déjà noué des contacts en ce sens, lors du dernier salon EquipHotel où toute la profession était réunie ?
Nous avons rencontré une centaine de professionnels lors du salon EquipHotel, notamment grâce à la mise en avant de notre entreprise dans le parcours luxe de Laurent Delporte et à l’Innovation Award que nous avons remporté. Toutes les personnes avec qui nous avons échangé nous ont fait part de leur envie de proposer une expérience plus écologique dans leurs établissements. Nous poursuivons aujourd’hui les discussions avec les personnes les plus déterminées rencontrées sur le salon.

Une révolution sobre peut-elle s’amorcer dans l'hôtellerie de luxe, au sein de laquelle il est difficile de ne pas accéder aux désirs de clients toujours plus exigeants ?
La question n’est pas de savoir si cette révolution peut s’amorcer, mais comment elle va s’amorcer, car tous les domaines devront s’adapter à un monde qui change.

L’écologie et la crise environnementale nous touchent tous dans notre quotidien, car nous partageons la même planète. Il y va de la responsabilité des établissements hôteliers, du luxe ou non, et des clients de s’engager pour un tourisme plus sobre, plus durable.

On remarque depuis quelques années, et surtout depuis la crise du Covid-19, que les touristes sont de plus en plus sensibilisés à ces sujets et attentifs à l’implication des établissements pour limiter leur impact négatif. Leurs exigences augmentent aussi sur un tourisme plus durable et plus local : produits locaux dans la restauration, consommation responsable… Cette tendance va s’intensifier avec les signes visibles de l’urgence environnementale.

Pourquoi avoir fait le choix de produire votre douche cyclique en France ?
Le made in France est un aspect central depuis la création d’ILYA et nous produisons en France autant que possible. Produire localement est une manière d’être en cohérence avec notre démarche environnementale en réduisant l’impact du transport dans l’analyse du cycle de vie du produit. C’est également une démarche qui permet de créer des emplois industriels et lutter contre la désindustrialisation que connait la France depuis des années. De plus, avoir la capacité de produire en France permet de garantir un haut niveau de qualité et d’être plus résilient aux aléas internationaux.

Quelle est votre stratégie de développement à l’avenir ? Quels sont vos objectifs ?
Nous avons développé une douche cyclique et le capteur ILO que nous allons lancer commercialement cette année. Il a été lancé en précommande en 2022, les premières livraisons arriveront d’ici à l’été 2023. Ce capteur permet aux établissements hôteliers, en plus de sensibiliser leurs clients, de mesurer précisément la consommation en eau de leurs douches, et donc, d’évaluer l’intérêt économique et écologique d’installer ensuite des douches cycliques. Nous réalisons d’ailleurs des prestations des diagnostics de consommation avec nos capteurs.

L’année 2023 sera donc l’année où nos produits arriveront dans les salles de bains de nos clients. À plus long terme, nous allons développer d’autres produits permettant de réduire la consommation en eau et en énergie dans la salle de bain ou plus largement dans l’habitat (au sens large, l’hôtellerie étant un hébergement temporaire). Nous nous concentrons pour le démarrage sur le marché français, mais nous ambitionnons de nous développer en Europe dans les prochaines années.

A propos de l'auteur

Journaliste aux multiples atouts et voyageur curieux, Christopher a une grande appétence pour les établissements au raffinement soigné, où s’accordent gastronomie de caractère, service impeccable et élégance sincère. Une plume discrète et gourmande au service d’une certaine idée du luxe.

Lire les articles de cet auteur


Vous aimerez aussi lire...







< Actualité précédente Actualité suivante >




Retrouvez-nous sur Facebook Suivez-nous sur LinkedIn Suivez-nous sur Instragram Suivez-nous sur Youtube Flux RSS des actualités



Questions

Bonjour et bienvenue au Journal des Palaces

Vous êtes en charge des relations presse ?
Cliquez ici

Vous êtes candidat ?
Consultez nos questions réponses ici !

Vous êtes recruteur ?
Consultez nos questions réponses ici !