Le Journal des Palaces

< Actualité précédente Actualité suivante >

PIERO LISSONI, ARCHITECTE ET FONDATEUR, LISSONI & PARTNERS : « JE TRAVAILLE POUR FORMER DES COMBINAISONS, DES CONNEXIONS » (Italie)

Figure de l’architecture italienne et mondiale, Piero Lissoni a dessiné une carrière remarquable, inspirant de nombreux architectes, à travers son amour pour le design contemporain et son goût pour une certaine imperfection.

PIERO LISSONI, ARCHITECTE ET FONDATEUR, LISSONI & PARTNERS : « JE TRAVAILLE POUR FORMER DES COMBINAISONS, DES CONNEXIONS » (Italie)

Figure de l’architecture italienne et mondiale, Piero Lissoni a dessiné une carrière remarquable, inspirant de nombreux architectes, à travers son amour pour le design contemporain et son goût pour une certaine imperfection.

Catégorie : Europe - Italie - Interviews et portraits - Interviews - Les Leaders du secteur
Interview réalisé par Christopher Buet le 08-12-2023


Le regard est aussi malicieux et aiguisé que ses intérieurs sont ciselés. Derrière ses lunettes, l’homme observe avec appétit son environnement pour en capter toutes les nuances et y dessiner inspirations. En bon architecte d’intérieur, Piero Lissoni ne perd jamais une occasion de trouver l’inspiration, toujours à l’affût, les sens en éveil et l’esprit en ébullition.

À 67 ans, on ne présente plus celui qui est aujourd’hui l’une des figures de l’architecture italienne, symbole à son corps défendant du minimalisme dont il a nourri ses intérieurs, dans une quête perpétuelle de pureté et de rigueur sur fond d’utilitarisme et d’élégance. Pas d’esbroufes chez cet esthète où tout doit avoir une utilité, quitte à briser l’unicité d’ensemble. Tout juste s’accorde-t-il quelques « erreurs », qu’ils transforment en pierre angulaire de ses projets comme pour rappeler l’imperfection de nos vies et que l’alchimie entre toute chose passe par une certaine imperfection.

Né en 1956 à Seregno, tout proche de Milan, il fera de la capitale lombarde son fief et son refuge, établissant là sa première agence d’architecture trente ans plus tard, en association avec Nicoletta Canesi. Le méticuleux italien fait ses premières armes comme directeur artistique chez Boffi, marque italienne de cuisine et salle de bain haut de gamme, avant de développer ses talents et d’élargir sa palette s’ouvrant au design d’objet et à des réalisations plus ambitieuses comme le Mamilla Hotel de Jérusalem, qui lui vaudra le prix du meilleur hôtel du Moyen-Orient décerné par Prix Villégiature en 2016 ou plus récemment le Shangri-La Shougang Park, un OVNI réalisé de A à Z pour les Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022, sorte de fusion entre une usine désaffectée et un hôtel de luxe dont le lobby, baigné de lumière, est traversé par un imposant escalier circulaire rouge.

Entre l’Australie et les États-Unis, Piero Lissoni a eu l’élégance d’accorder quelques instants au Journal des Palaces pour évoquer son parcours, son processus créatif et sa vision de l’hôtellerie.

Journal des Palaces : Pouvez-vous décrire votre parcours ?

Piero Lissoni : J'ai d'abord suivi une formation à l'école polytechnique de Milan, puis dans les différents studios où j'ai travaillé après avoir obtenu mon diplôme.

Comment est née votre passion pour votre métier ?

L'architecture a toujours été une passion pour moi. Depuis mon enfance, je me suis toujours senti attiré par ce monde. Et comme tout enfant, j'ai expérimenté la construction de tant de choses. Dans le même temps, j'aimais vraiment dessiner. En somme, je voulais être architecte !

Quelle est votre vision du luxe ?

Je pense que le mot "luxe" est un peu démodé et un peu éculé. Je ne l'ai jamais vraiment aimé, mais si je dois trouver ma définition personnelle, le luxe est la combinaison du bon goût, de l'élégance et de la capacité à faire les meilleurs choix possibles. Si je dois dire ce qu'il signifie pour moi, je dirais l'espace et la lumière.

Récemment, vous avez conçu l'intérieur de l'Oberoi Beach Resort aux Émirats arabes unis. En quoi ce projet diffère-t-il de ceux que vous avez réalisés auparavant ?

Nous n'avons pas seulement conçu l'intérieur, mais nous avons également travaillé sur le plan directeur, l'architecture, les intérieurs et la conception graphique. Il s'agit d'un projet intégré et global.

Le principal défi était certainement les températures extrêmes qui sont si endémiques dans la région et qui ont une influence profonde sur l'architecture locale qui doit être capable de fournir aux habitants une protection et d'assurer leur bien-être. Par conséquent, nous nous sommes efforcés de limiter la densité de l'espace construit, en cherchant à maintenir les volumes bas et d'un seul niveau lorsque cela s'avérait nécessaire. L'intégration active du paysage environnant a fait partie intégrante de cette approche, afin d'offrir des chemins apaisants et réparateurs à travers des arbres et de la verdure.

Bien que faisant partie d'un vaste projet de développement de la région, notre station était la première de la région, de sorte qu'à l'époque, il n'y avait pas d'infrastructures et très peu de points de référence.

Vous vous intégrez dans tous les univers, de l'hôtel Dorothea à Budapest au MarePineta, des hôtels de luxe aux villas privées, en passant par les musées comme le musée Ferrari ou les magasins. Quel est le point commun entre tous vos projets ?

Chaque projet est abordé du point de vue de l'architecture. Je traite les lieux comme des espaces tridimensionnels, en pensant aux intérieurs même en regardant de l'extérieur, car l'intérieur et l'extérieur sont inextricablement liés : la matrice est toujours la même, que ce soit dans la sphère publique ou dans la sphère privée. Je travaille pour former des combinaisons, des connexions, en insérant des "erreurs" ici et là, le secret de la recherche de l'élégance. Des liens entre des mondes différents, unis par une certaine "crudité".

Quelle est la signature de Piero Lissoni ?

Les journalistes m'ont étiqueté comme faisant partie de la tendance minimaliste, mais en général je me vois plutôt comme quelqu'un qui recherche un minimum de décoration et qui possède un code d'élégance qui peut parfois s'avérer problématique, car il est le résultat d'une recherche de combinaisons et de proportions innovantes qui deviennent alors de nouveaux codes. De temps en temps, j'aime introduire des erreurs dans ce modèle de cohérence afin de générer un langage un peu plus élégant.

De quoi vous inspirez-vous lorsque vous créez ?

Chaque projet est un processus et la créativité ou l'inspiration proviennent de la vie quotidienne. Il n'y a pas de modèle de référence classique en ce qui me concerne. Je m'inspire de ce que l'on pourrait appeler la vie en général, qui contient elle-même tant de choses : littérature, poésie, photographie, cinéma, nourriture, voyages, odeurs, vêtements... Pour moi, il est impossible de choisir une série de références particulière lorsque je travaille sur un projet.

Qu'apportez-vous aux hôtels qui font appel à vos services ?

Nous commençons par le lieu où se situe le projet. Nous prenons pleinement en compte le genius loci et c'est pourquoi tous nos projets sont sur mesure et très différents les uns des autres. Je pense que c'est ce que nous apportons à chaque hôtel.

Quelles sont les exigences des hôtels de luxe avec lesquels vous travaillez ?

Nous évoluons essentiellement vers des mondes différents : des hôtels qui se concentrent principalement sur le service, des hôtels cinq étoiles luxueux avec des services de plus en plus personnalisés aux petits "hôtels design" qui offrent également des services du plus haut niveau et aux "hôtels clubs" qui reproduisent un concept de "chez soi" avec des services exceptionnels dans différents endroits à travers le monde.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Nous travaillons actuellement sur de nombreux projets dans le monde entier, des Etats-Unis au Mexique en passant par l'Europe et l'Extrême-Orient : des immeubles résidentiels, des hôtels, des yachts, une fondation artistique à Venise... Nous venons également de remporter un projet de réaménagement urbain d'une partie des rives du lac Majeur, en Italie. Nous travaillons aussi sur de nouveaux produits que nous présenterons au prochain Salone del Mobile.

Pouvez-vous citer quelques rencontres professionnelles qui ont marqué votre carrière ?

Mes rencontres avec tous les industriels qui ont été déterminantes dans ma vie professionnelle, comme Roberto Gavazzi, Lorenzo Porro, Renata et Luigi Bestetti, Angelo Meroni, Piero Gandini, Claudio Luti, Piero Busnelli, Franco Cassina, pour n'en citer que quelques-uns.

A propos de l'auteur

Journaliste aux multiples atouts et voyageur curieux, Christopher a une grande appétence pour les établissements au raffinement soigné, où s’accordent gastronomie de caractère, service impeccable et élégance sincère. Une plume discrète et gourmande au service d’une certaine idée du luxe.

Lire les articles de cet auteur


Vous aimerez aussi lire...







< Actualité précédente Actualité suivante >




Retrouvez-nous sur Facebook Suivez-nous sur LinkedIn Suivez-nous sur Instragram Suivez-nous sur Youtube Flux RSS des actualités



Questions

Bonjour et bienvenue au Journal des Palaces

Vous êtes en charge des relations presse ?
Cliquez ici

Vous êtes candidat ?
Consultez nos questions réponses ici !

Vous êtes recruteur ?
Consultez nos questions réponses ici !