Le Journal des Palaces

< Actualité précédente Actualité suivante >

PORTRAIT DE MICHEL COTTRAY, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L'HÔTEL MARTINEZ, PART OF THE UNBOUND COLLECTION BY HYATT, À CANNES (France)

À la rencontre d’un directeur général d’envergure internationale, qui a vécu les transformations de l’hôtellerie de luxe à travers le temps, et qui dirige aujourd’hui l'un des hôtels mythiques de la Côte d’Azur.

PORTRAIT DE MICHEL COTTRAY, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L'HÔTEL MARTINEZ, PART OF THE UNBOUND COLLECTION BY HYATT, À CANNES (France)

À la rencontre d’un directeur général d’envergure internationale, qui a vécu les transformations de l’hôtellerie de luxe à travers le temps, et qui dirige aujourd’hui l'un des hôtels mythiques de la Côte d’Azur.

Catégorie : Europe - France - Interviews et portraits - Interviews - Les Leaders du secteur
Interview réalisé par Vanessa Guerrier-Buisine le 23-02-2024


Michel Cottray, directeur général de l'Hotel Martinez, part of The Unbound Collection by Hyatt

Michel Cottray, directeur général de l'Hotel Martinez, part of The Unbound Collection by Hyatt
Crédit photo © Hôtel Martinez

C’est en plein chantier que nous avons rencontré celui qui est à la tête de l’Hôtel Martinez, sur La Croisette, à Cannes, théâtre chaque année du prestigieux dîner du jury du Festival du Film de Cannes.

Avec plus de 40 années dans le secteur à son actif, dont 25 années passées à diriger des hôtels de luxe, Michel Cottray nourrit de son expérience et de son regard aguerri tous ceux qui le croisent.

Une carrière internationale et des mentors

Dès son BTS à l’école hôtelière de Paris, au lycée Jean Drouant, le parisien envisageait une carrière au sein d’un groupe américain, car l’homme est un épicurien. Sa volonté de voir du pays le pousse alors vers les groupes les plus développés à l’international dans les années 80. « À cette époque, seuls Hilton, Sheraton, Méridien ou InterContinental permettaient de déployer une carrière internationale », rappelle Michel Cottray. Une époque durant laquelle les grands groupes asiatiques n’avaient pas encore pénétré le marché occidental, et où seules quelques marques internationales d’hôtellerie de luxe coexistaient. Depuis, Michel Cottray a vécu les transformations de ce secteur, les rachats de groupes, les absorptions de marques, la multiplication des marques d’hôtellerie de luxe, la diversification des offres.

C’est par la porte de la restauration qu’il entre dans l’hôtellerie dans les années 80. Il fait ses premières armes en Allemagne, puis intègre le groupe Sheraton au Luxembourg. Une aventure qui l’entrainera à travers quatre pays, de l’Allemagne à l’Australie en passant par la Thaïlande, et qui durera plus de 12 ans.

Un intermède cannois de près de deux ans comme directeur F&B, au sein de l’hôtel Sofitel Méditerranée (aujourd'hui Canopy by Hilton Cannes), lui permet de rencontrer celui qui deviendra son mentor, Jean-Pierre Duten, un homme qui lui apprend la persévérance, l’attention au détail et le forme sur l’exigence nécessaire aux métiers de l’hôtellerie restauration. Encore aujourd’hui, près de quarante ans plus tard, il échange régulièrement avec lui et partage des moments de convivialité. Ils partagent la passion du métier, l’ouverture aux autres, une culture internationale, au point d’avoir tous les deux des épouses allemandes.

Après cette rencontre, Michel Cottray quitte l’hexagone pour quelques années d’exercice en Allemagne, avant d’embrasser, en 1992, ses premières responsabilités en hôtellerie sur une île encore peu explorée par les travailleurs occidentaux, Phuket. Au sein de l’hôtel Sheraton Grande Laguna Beach, il rencontre son deuxième mentor, Erhard Hotter. De ces deux personnages, il retient : « Ils m’ont beaucoup appris parfois même en utilisant une certaine rigueur. En fait, je ne comprenais pas à l’époque qu’ils voulaient me former et c’est seulement beaucoup plus tard que j’ai réalisé comment ils ont passé du temps, leur temps, à me faire évoluer ».

Des cocktails du GM aux rencontres présidentielles

En plus de cette rencontre, sa mission à Phuket le conforte dans sa volonté de vivre des expériences internationales. Il découvre les plaisirs et les devoirs de la gestion hôtelière, se fait le palais aux saveurs épicées, et prend goût aux « GM’s cocktails ». Une soirée par semaine, durant laquelle il reçoit ses clients les plus fidèles, mais également les mécontents. Une soirée qui lui permet de tisser des liens, et dont il adoptera le format dans les autres resorts qu’il a pu diriger au cours de son parcours. « Je pense avoir organisé et participé à 500 GM’s cocktails » se rappelle-t-il.

S’il n’organise plus de tels évènements, propres au format « resorts » dans lesquels les voyageurs sont en villégiature, il a gardé le lien naturel avec les clients. Il saisit aujourd’hui chaque opportunité de passer un instant avec des clients fidèles, de rencontrer les nouveaux clients au gré d’un trajet en ascenseur, d’un passage à la plage…

Après trois ans et demi comme Resident Manager du Sheraton Grande Laguna Beach, devenu plus tard Angsana Laguna Phuket, il s’envole pour l’Australie, au Sheraton Mirage Port Douglas, où il restera quatre années, passant d’Hotel Manager à son premier rôle de directeur général. Là, il vivra les plus grandes émotions de sa carrière. D’un apéritif aux côtés du président Clinton, au dîner, à la table du chancelier Helmut Kohl et huit de ses ministres, toujours accompagné de son épouse, le soir de leur anniversaire de mariage.

Un homme d’ouverture(s)

Il vit le passage des plus beaux hôtels de marque Sheraton en The Luxury Collection, comme au Sheraton Mirage Port Douglas, une période qui coïncide avec son entrée au sein de Westin. D’abord, en Arabie Saoudite, où il ouvre en l’an 2000 le premier Westin du Moyen-Orient, The Westin Jeddah, avant de rejoindre l’Indonésie à Bali, et de revenir pour quelques années en Allemagne, où il obtiendra en parallèle de son emploi, un MBA en Tourism Management.

Après sept ans à diriger des hôtels Westin, le groupe Starwood le missionne alors en principauté de Monaco, pour prendre la tête du Méridien Beach Plaza Monte Carlo. Il passera cinq années sur la Côte d’Azur, prenant des responsabilités régionales en tant qu’Area Manager South of France & Monaco pour Le Méridien Hotels & Resorts. Il y goûte aux spécificités de la Côte d’Azur, « des clients et des salariés très saisonniers, et des salariés très fidèles, qui peuvent passer plus de 20 ans au sein du même établissement ».

Pour celui qui se définit comme « un avocat des séjours à l’étranger », la parenthèse monégasque et française se referme pour s’envoler vers la Grèce. Il revient avec plaisir sur cet autre temps fort de sa carrière, « l’ouverture grandiose de deux hôtels de luxe à Costa Navarino dans le Péloponnèse, The Romanos - Luxury Collection, et The Westin Resort Costa Navarino, qui totalisent 775 chambres et suites, 20 restaurants et bars et 350 piscines ». Après une nouvelle étape à Paris, puis à Hong Kong, direction la Belgique, pour prendre la direction durant cinq ans du Steigenberger ICON Wiltcher's. Une expérience qui s’accompagne d’une reconnaissance professionnelle, puisqu’il est nommé « General Manager of the Year 2019 » par Deutsche Hospitality.

Un parcours qui l’aura conduit vers 12 pays, qui lui a conféré une ouverture d’esprit exceptionnelle.

Une vision du luxe et des équipes

Michel Cottray est non seulement un professionnel aguerri, mais le rencontrer permet d’apprécier rapidement son humour et sa générosité. « Chaque jour est une nouvelle opportunité de briller, abordons chaque journée avec enthousiasme, détermination et un sourire sur le visage » se plait-il à citer, et à appliquer.

Lui qui a dirigé des hôtels d’une centaine de chambres à plus de 1.000 chambres, des équipes multiculturelles, des resorts et hôtels d’aéroports, adopté « une culture de chaîne américaine », était un profil tout trouvé pour prendre la tête, en novembre 2022, de l’Hôtel Martinez, part of The Unbound Collection by Hyatt. L’hôtel iconique de la Croisette jouit désormais de ce regard expert et bienveillant. « C’est une industrie où l’humain, au-delà de tous les outils traditionnels ou modernes, délivre un service personnalisé, sur mesure, qui dépasse les attentes » décrit-il lorsque l’on l’interroge sur sa définition de l’hôtellerie de luxe.

Une définition qu’il applique également dans son rapport à ses équipes, et dans sa volonté de produire un service d’excellence. Son rôle ? « Distiller ce sens de la responsabilité, et à chacun de faire en sorte que l’expérience client soit surpassée. Cela demande néanmoins un effort personnel et cet effort, il est subtilement perceptible par le client ». Un effort qui lui permet d’atteindre un niveau d’excellence, « l’attention aux détails fait la différence entre le bien et l’exceptionnel » rappelle-t-il.

Le Martinez, son nouvel Eden

Le directeur semble non seulement convaincu par l’investissement de ses équipes, mais il se réjouit du dynamisme de sa nouvelle maison. Convaincu de sa « chance de travailler dans un hôtel en mouvement continu et de superviser également la bonne conduite des projets d’embellissement », il rappelle que « l’Hôtel Martinez continue à incarner le charme des années folles, dans un cadre qui se réinvente constamment ».

Un hôtel qui marque, selon lui, sa différence, au sein d’une destination dont l’histoire est associée à l’hôtellerie de luxe. « Nous avons tout particulièrement misé sur des chambres et suites toutes rénovées, claires, élégantes et luxurieuses, sans être guindées. Au printemps 2022, nous avons inauguré notre L’Oasis du Martinez, un havre de végétation luxuriante de 2.800 m² situé à l’extérieur, au centre du U que forme l’hôtel, disposant d’un Spa dont l’expertise a été confiée à Carita, une piscine extérieure, une spacieuse salle de fitness ouverte sur le jardin méditerranéen. Quelques mois plus tôt, au septième et dernier étage, deux appartements Penthouse face à la mer, dominant la baie de Cannes voyaient le jour transfigurés dans un décor dédié au cinéma.

Des travaux d’embellissement qui se poursuivent depuis l’arrivée du nouveau chef des lieux. « Depuis l’été 2023, le focus est la restauration, avec l’arrivée de Jean Imbert, qui donne un nouvel élan, où rien n’est laissé au hasard, mais où le client retrouve des plats sincères, généreux et savoureux. Nous avons complètement rénové La Plage l’été dernier, son restaurant, sa partie balnéaire, avec des équipements de la plus haute qualité et une décoration raffinée. Le prochain grand rendez-vous est la réouverture du mythique restaurant « La Palme d’Or » pour le prochain Festival de Cannes, ça va être époustouflant ! » annonce-t-il.

La Côte d’Azur, sa terre d’adoption

C’est sans surprise que Michel Cottray et son épouse se sont pris d’affection pour la Côte d’Azur, dont il parle avec ferveur. « C’est une destination qui n’arrête pas de m’éblouir. Je l’ai découverte dans les années 80 lorsque je travaillais au Sofitel Méditerranée puis vingt ans plus tard, à Monaco à la tête du Méridien Beach Plaza avec une responsabilité régionale. Rien qu’à Cannes, le développement, la modernisation, l’embellissement des infrastructures est à couper le souffle » évoque-t-il avec enthousiasme. Et, d'ajouter l’importance de ceux qui s’impliquent au quotidien pour rendre la destination plus attractive : « En parallèle, le secteur privé, mes collègues hôteliers, plagistes, restaurateurs continuent d’investir, de faire perpétuer la magie de la Côte et de croire en la destination ».

Converti à la vie azuréenne, il ajoute que les charmes de cette région ne se limitent pas à ses atouts balnéaires, « loin de la Croisette, des excursions dans l’arrière-pays, souvent avec des panoramas grandioses, des villages perchés, entre mer et montagne, ne demandent qu’à être découverts et appréciés » rappelle-t-il. « Ce n’est donc pas une surprise si j’ajouterai que nous sommes, mon épouse et moi, devenus de vrais cannois avant ma prise de fonction à l’Hôtel Martinez, en y devenant des résidents permanents ».

Une inspiration pour la jeune génération

S’il met sa générosité au profit de l’association EHMA (European Hotel Managers Association), pour laquelle il est, depuis peu, délégué national France et Monaco, il s’investit surtout pour encourager les futurs et jeunes professionnels à se lancer dans l’aventure d’une carrière internationale.
Un tel parcours et une telle longévité dans le métier lui confère, en effet, une réelle légitimité pour accompagner et conseiller les jeunes dans leur évolution de carrière. Lui qui applique un « management de proximité » tâche, malgré ses responsabilités, d’être accessible, et de rester humble. « J’essaye de me rendre disponible, de faire générer des idées, développer de nouveaux concepts, de nouvelles approches, mais aussi de trancher quand il faut prendre une décision et que nous ne sommes pas sûrs du chemin à prendre. Je reconnais aussi mes échecs et les partage », ajoute le directeur.

Et, de conseiller les jeunes qui considèrent une carrière dans le secteur de l’hôtellerie de luxe : « Avant de considérer l’hôtellerie de luxe, le ou la jeune est-il ou elle prédisposé(e) à l’hôtellerie en général ? Les bases sont les mêmes dans un 3 étoiles ou un 5 étoiles, seules les attentes changent. Alors, on parlera d’ouverture d’esprit, de disponibilité, d’attention aux détails, mais aussi de la capacité à anticiper, à prendre des risques, à résoudre des problèmes.

C’est une industrie qui ne cesse de se métamorphoser, et qui donne toujours et encore de fantastiques possibilités de développement, de découvrir le monde, de mélanger le stratégique avec l’opérationnel. Pas besoin d’être un expert dans tous les départements, mais en connaître assez dans les départements piliers pour se faire une vue d’ensemble et progresser tout aussi bien dans la satisfaction des clients que dans la réalisation des objectifs financiers, ce qui va souvent de pair ».

De sa carrière à sa vision du métier, Michel Cottray, devrait, à n’en point douter, inspirer de belles trajectoires aux jeunes générations de professionnels.

La Plage du Martinez, dévoilée à l'été 2023

La Plage du Martinez, dévoilée à l'été 2023
Crédit photo © Boby / Hôtel Martinez




L'appartement penthouse Isabelle Huppert, niché au 7ème étage du Martinez
Crédit photo © Michel Figuet / Hôtel Martinez



L'Hotel Martinez, part of The Unbound Collection by Hyatt, est un des emblèmes de La Croisette à Cannes
Crédit photo © Ylenia Cuellar / Hôtel Martinez



En savoir plus sur...


A propos de l'auteur

Journaliste experte de l’hôtellerie de luxe et inspirée par les femmes et les hommes qui l'incarnent, Vanessa aspire à valoriser et sublimer la beauté et l’élégance des palaces à travers ses écrits. “Dans un palace, la simplicité sert la quête de l’excellence” admire-t-elle.

Lire les articles de cet auteur


Vous aimerez aussi lire...







< Actualité précédente Actualité suivante >




Retrouvez-nous sur Facebook Suivez-nous sur LinkedIn Suivez-nous sur Instragram Suivez-nous sur Youtube Flux RSS des actualités



Questions

Bonjour et bienvenue au Journal des Palaces

Vous êtes en charge des relations presse ?
Cliquez ici

Vous êtes candidat ?
Consultez nos questions réponses ici !

Vous êtes recruteur ?
Consultez nos questions réponses ici !